AFP - 15 novembre 2006

Irakiens, SDF à Paris, coincés entre deux enfers

par Michaela Cancela-Kieffer

par Aude Plessis | publié le 24 février 2007 |

PARIS, 15 nov 2006 (AFP) - "Je ne sais pas où aller, en Irak pas possible. Ailleurs, pas possible" : Mohamed, 22 ans, SDF à Paris, se sent, comme un certain nombre de ses compatriotes irakiens, coincé entre deux enfers, celui de la précarité de la rue et celui de son pays en guerre.

La nuit, ils dorment sous des cartons, dans une ruelle qu’ils ne souhaitent pas voir identifiée, sinon "la police vient et nous prend".

Ils refusent le foyer, des "chambres avec dix personnes dedans, où seulement cinq peuvent dormir" et ignorent souvent tout du droit d’asile en France.

Le jour, on croise ces hommes qui s’arrangent pour garder une apparence soignée, rasés, tirant nerveusement sur des cigarettes. "Police, contrôle", leur crie pour jouer, du haut d’un toboggan dans le parc qu’ils fréquentent, un petit garçon.

Selon l’association France Terre d’Asile (FTA), qui effectue des maraudes à la rencontre des SDF irakiens, pour la plupart kurdes, iraniens et afghans, chaque semaine il arrive 20 ou 30 Irakiens à Paris, avec l’espoir de gagner vite le Royaume-Uni.

La fermeture, il y a quatre ans, du centre de la Croix-Rouge de Sangatte (nord), où 1.800 de ces migrants étaient accueillis, n’a rien changé.

"C’est un flux continu car les réseaux (de passage) existent et ils sont là", à Paris, explique Frédéric Collin, responsable de l’hébergement des adultes isolés chez FTA.

Environ 70% repartent, mais certains, comme Mohamed, Mahmoud et Hassan - des prénoms d’emprunt - n’arrivent plus à continuer le voyage et refusent de retourner dans un pays où la violence, même entre voisins, s’est généralisée.

Mohamed, de Kirkouk (250 km au nord de Bagdad), fils d’un sympathisant du régime de Saddam Hussein, se dit menacé de mort : des voisins l’ont accusé d’avoir tué leur fils, et n’ont cessé depuis de le poursuivre, affirme-t-il en montrant une balafre sur sa joue gauche. Il a fui et "jusqu’en Angleterre la famille me cherchait", assure-t-il.

En France, ce Kurde a dégringolé. Accusé d’être un passeur, il a fait six mois de prison et depuis, faute de structure d’accueil adaptée et d’informations, il erre, en France ou ailleurs, notamment en Belgique : "Je ne veux pas retourner en Irak. Je suis jeune, je ne veux pas mourir".

A côté de lui, Mahmoud, 22 ans aussi, originaire de Mossoul (370 km au nord de Bagdad), arrivé à 19 ans, a failli avoir de la chance. Il a séjourné dans un foyer, commencé une formation de cariste, entamé une procédure de demande d’asile. Puis, il est également "tombé en prison", pour vol, et a perdu aideset hébergement.

Hassan, 31 ans, sunnite de Bagdad, a fui le pays avant la guerre, en raison de "problèmes avec le gouvernement" : une affaire d’argent qui aurait mal tourné avec un proche du régime.

En 2003, il a voulu rentrer, mais n’est pas resté, ne supportant plus les conditions de vie et l’insécurité dans la capitale irakienne.

"Maintenant, les gens là-bas disent +il a de la chance celui-là+, lorsque quelqu’un meurt", raconte l’homme en anglais.

Mais, pour avoir quitté le Royaume-Uni avant que sa procédure de régularisation ne soit achevée, il y a perdu tout droit de séjour et, en France, il est menacé de reconduite à la frontière.

"Les Anglais, les Américains sont venus. Maintenant, nous n’avons plus de vie. Pas de papiers. Comment je peux construire une famille ? Nous, on n’avait rien demandé", conclut Hassan.

- Accueil
- Jungles de Paris (La Chapelle, quai d’Austerlitz ...)
- la liste zpajol
Historique 2001-2007
9ème collectif
- communiqués
- Les sans-papiers du 9ème collectif à l’UNICEF
- Les sans-papiers du 9ème collectif sous la protection des syndicats
- Occupation de la Fédération 93 du PS - janvier 2005
CAE (Collectif Anti-Expulsions)
- Avec les collectifs de sans-papiers en lutte
- Communiqués du CAE
- Expulsions et inculpations de passagers
Guides et brochures
Brochures
- Brochure n°5 - Ni prisons, ni rétention, ni expulsions
- Guides juridiques
International
- Journées internationales d’action des 14-15 octobre
Matériel
- Affiches
- Autocollants
Qui sont les expulseurs...
- Groupe ACCOR
- Groupe ENVERGURE
- la Croix Rouge
- Rendez-vous
Rétention et zones d’attente
- Choisy-le-Roi (Val de Marne - 94)
- Palaiseau (Essonne - 91)
- ZAPI 3 (zone d’attente de l’aéroport de Roissy)
- Zone d’attente de la Gare du Nord (Paris)
actions et manifestations
- 2 avril 2005 journée européenne de mobilisation
- 2ème Caravane européenne pour la liberté de circulation et d’installation (Barcelone)
- 3ème journée européenne d’action sur les migrations (7/10/06)
- Manifestations
- mouvements dans les centres de rétention français
- Débats
Ressources
- France
- nos liens
sulle migrazioni e sulle espulsioni
- i centri di detenzione per immigrati
- la comunità romena
Collectif des exilés du 10ème arrdt de Paris
Actions passées
- Accueil de nuit tournant hiver 2003-2004
- Appel à coucher dehors - juillet 2003
- Charter vers l’Afghanistan - Décembre 2005
- Interpellation des politiques - janvier à mars 2004
- Les anciens Zut ! Zut ! , le bulletin d’information du collectif.
- Mobilisations autour du Centre de Réception des Etrangers
- Occupation du SSAE - octobre 2003
- Premières mobilisations - mars à mai 2003
- Rapport sur la situation - mai 2003
- Compte-rendu des maraudes
- Infos pratiques sur l’asile
Les exilés à Calais
- Revue de presse
Les exilés sur les routes d’Europe
- Grèce
- Liens
Projets/Actions en cours
- Mineurs en danger
- Quelques photos
- Qui sommes nous ?
- procès Bouygues
- Caravane des Effacés slovènes (2006)