ni prisons, ni rétention, ni expulsions

par cae | publié le 30 septembre 2003 |

Dans la nuit du 12 au 13 octobre 2000, Ferri Xhedvet, sans-papiers détenu au centre fermé 127bis dans la banlieue de Bruxelles, meurt en cellule d’isolement quelques heures après une tentative d’évasion : on peut ajouter là un nom à la longue et sinistre liste des morts aux frontières extérieures ou intérieures de l’Europe de Schengen. On peut aussi constater là une victime de plus de cette peine de mort qui ne dit pas son nom, châtiment exemplaire du défaut de papiers ou de tous les autres "crimes et délits" punis par l’incarcération dans l’Europe sociale-démocrate : l’enfermement des étrangers n’est rien d’autre qu’un emprisonnement.. Si la rétention administrative est encore officiellement de 12 jours en France, l’arsenal juridique est prêt pour l’harmonisation sur des peines semblables à la Belgique (5 mois théoriques, souvent plus pour des raisons de discipline), seuls les bâtiments manquent encore. En attendant l’application de cette rétention judiciaire, le système fonctionne déjà assez bien pour aligner les sans-papiers sur les autres détenus : allers et retours entre la prison pour défaut de papiers (3 mois, 6 mois en cas de récidive), le centre de rétention, la prison pour refus d’embarquement (même peines en général, un an pour Diawara Sirine, militant actif de la lutte des sans-papiers), retour en centre de rétention, etc... L’expulsion n’est que l’aboutissement de ce parcours qui fait de la prison le quotidien des sans-papiers arrêtés. Si nous intervenons directement contre les expulsions, c’est parce que l’expulsion est le moment le plus visible et aussi le plus fragile de ce parcours, parce que, quand les passagers refusent la présence d’un expulsé, les sans-papiers sont sans doute les derniers détenus à pouvoir être libérés sans risquer la mort dans une évasion.

Les lieux d’enfermement pour sans-papiers, centres high-techs comme à Vottem en Belgique ou hôtel crasseux comme Ibis à Roissy ne sont qu’un des modes de généralisation de l’univers carcéral qui nous menace tous, précaires avec ou sans-papiers, pauvres d’ici ou d’ailleurs, indésirables de partout : la gestion de la misère passe par la prison. De l’occupation de la zone d’attente de la DICCILEC (PAF) à gare du Nord aux rassemblements devant le commissariat et centre de rétention de Choisy le Roi, en passant par l’occupation de la terrasse de l’hôtel Ibis sous les fenêtre de la zone d’attente qu’il héberge, nous luttons contre toutes les formes d’enfermement, à commencer par celles qui concernent spécialement les sans-papiers. C’est aussi dans ce cadre que nous organisons des campagnes contre ceux qui participent activement à ce système pénitentiaire. Les entreprises privées sont désormais partenaires de cette gestion, comme le groupe ACCOR qui enferme les sans-papiers (zone d’attente dans l’hôtel Ibis de Roissy), participe à leur déportation (réservation des places des expulsés par Wagonlits Travel) et s’est même proposé de construire une nouvelle zone d’attente, première prison entièrement privée.

Parce que ce que chaque incarcération restreint, c’est aussi notre liberté à tous, parce que ce que nous avons à opposer à cette logique mortifère, c’est la liberté totale de circulation et d’installation, parce que chacun peut trouver les moyens de lutter contre un système qui ne fonctionne que grâce à la participation active ou passive de tous, il est temps de prendre l’initiative.

- Accueil
- Jungles de Paris (La Chapelle, quai d’Austerlitz ...)
- la liste zpajol
Historique 2001-2007
9ème collectif
- communiqués
- Les sans-papiers du 9ème collectif à l’UNICEF
- Les sans-papiers du 9ème collectif sous la protection des syndicats
- Occupation de la Fédération 93 du PS - janvier 2005
CAE (Collectif Anti-Expulsions)
- Avec les collectifs de sans-papiers en lutte
- Communiqués du CAE
- Expulsions et inculpations de passagers
Guides et brochures
Brochures
- Brochure n°5 - Ni prisons, ni rétention, ni expulsions
- Guides juridiques
International
- Journées internationales d’action des 14-15 octobre
Matériel
- Affiches
- Autocollants
Qui sont les expulseurs...
- Groupe ACCOR
- Groupe ENVERGURE
- la Croix Rouge
- Rendez-vous
Rétention et zones d’attente
- Choisy-le-Roi (Val de Marne - 94)
- Palaiseau (Essonne - 91)
- ZAPI 3 (zone d’attente de l’aéroport de Roissy)
- Zone d’attente de la Gare du Nord (Paris)
actions et manifestations
- 2 avril 2005 journée européenne de mobilisation
- 2ème Caravane européenne pour la liberté de circulation et d’installation (Barcelone)
- 3ème journée européenne d’action sur les migrations (7/10/06)
- Manifestations
- mouvements dans les centres de rétention français
- Débats
Ressources
- France
- nos liens
sulle migrazioni e sulle espulsioni
- i centri di detenzione per immigrati
- la comunità romena
Collectif des exilés du 10ème arrdt de Paris
Actions passées
- Accueil de nuit tournant hiver 2003-2004
- Appel à coucher dehors - juillet 2003
- Charter vers l’Afghanistan - Décembre 2005
- Interpellation des politiques - janvier à mars 2004
- Les anciens Zut ! Zut ! , le bulletin d’information du collectif.
- Mobilisations autour du Centre de Réception des Etrangers
- Occupation du SSAE - octobre 2003
- Premières mobilisations - mars à mai 2003
- Rapport sur la situation - mai 2003
- Compte-rendu des maraudes
- Infos pratiques sur l’asile
Les exilés à Calais
- Revue de presse
Les exilés sur les routes d’Europe
- Grèce
- Liens
Projets/Actions en cours
- Mineurs en danger
- Quelques photos
- Qui sommes nous ?
- procès Bouygues
- Caravane des Effacés slovènes (2006)