Les exilés de la gare de l’Est à Paris pris au piège de leur rêve d’Occident

| publié le 21 décembre 2003 |

PARIS (AFP) - Des dizaines d’exilés, kurdes, afghans, iraniens, pris au piège de leur rêve d’Occident, errent depuis plusieurs mois près de la gare de l’Est à Paris, avec pour seul but la soupe populaire du soir et un hypothétique abri pour la nuit trouvé par un collectif de soutien. Ces hommes jeunes, souvent issus des classes moyennes, ont passé des mois sur les routes, versé des milliers d’euros à des passeurs pour une existence qu’ils imaginaient meilleure dans des pays dont ils ne connaissent même pas la langue.

"Là-bas, je n’avais pas de sens à donner à ma vie. Si j’avais juste voulu manger et dormir, je serais resté dans mon pays", explique l’un d’eux, Mohamad, un céramiste de 25 ans qui, à l’été 2000, a quitté Souleimaniyah (Kurdistan irakien). Pour son voyage, il a vendu sa maison et dépensé 10.000 euros. "De quoi construire un immeuble chez moi", raconte-t-il, avec ses habits pour seuls biens épargnés par trois ans et demi de périple.

Vendredi soir, des militants du collectif de soutien sont venus dans le square où ils se rassemblent annoncer aux exilés qu’ils n’avaient pas trouvé d’abri pour la nuit. Ils ont dormi dans un passage couvert. Samedi, une association leur a offert le gîte. Récemment, ils ont été chassés d’un parking au gaz lacrymogène.

Un fourgon de police provoque un début de fuite précipitée. Ils racontent être souvent contrôlés, fouillés. Mais en France comme ailleurs en Europe, les procédures sont rares. Les Etats ne veulent pas être les premiers à entériner leur présence et ouvrir la porte à une demande d’asile sur leur territoire, expliquent les exilés.

Depuis la fermeture du centre de rétention de Sangatte en novembre 2002, la France a engagé "une politique de camouflage" de ces immigrés d’un nouveau genre, dénonce Jean-Pierre Alaux du Groupe d’information et de soutien aux travailleurs immigrés (Gisti). Quatre jours après son départ de Souleimaniyah, Mohamad est passé au Kurdistan turc via l’Iran. Il est resté onze jours dans la cave d’une maison de la ville frontalière de Van, entassé avec des dizaines de Kurdes, d’Indiens, de Pakistanais. Ils partent pour Istanbul en camion, payent des dessous-de-table à des policiers pour poursuivre leur route. Moyennant 2.400 dollars, il passe en Bulgarie puis en Macédoine. A la frontière grecque, il est repoussé à plusieurs reprises par la police dans la montagne macédonienne, mais finit par entrer dans l’Union européenne. Mohamad reste un an et demi en Grèce, gagne de quoi vivre en récoltant des oranges.

Il reprend la route, arrive en janvier en Italie par Bari, poursuit par l’Autriche, l’Allemagne, où il passe un mois et demi en centre de rétention, puis les Pays-Bas, la Belgique et la France. "Je suis fatigué mais qu’est-ce que je vais faire si je retourne en Irak ?". Il espère aller en Angleterre comme, imagine-t-il, ceux qui disparaissent, remplacés par de nouveaux arrivants. Osman revient de Calais où il a tenté en vain de passer. Désormais, il souhaite rentrer : "Je pensais que l’Europe c’était bien pour des gens comme nous. Si j’avais su que c’était ça, je ne serais pas ici".

 

- Accueil
- Jungles de Paris (La Chapelle, porte de La Chapelle, Jaurès ...)
- la liste zpajol
Historique 2001-2007
9ème collectif
- communiqués
- Les sans-papiers du 9ème collectif à l’UNICEF
- Les sans-papiers du 9ème collectif sous la protection des syndicats
- Occupation de la Fédération 93 du PS - janvier 2005
CAE (Collectif Anti-Expulsions)
- Avec les collectifs de sans-papiers en lutte
- Communiqués du CAE
- Expulsions et inculpations de passagers
Guides et brochures
Brochures
- Brochure n°5 - Ni prisons, ni rétention, ni expulsions
- Guides juridiques
International
- Journées internationales d’action des 14-15 octobre
Matériel
- Affiches
- Autocollants
Qui sont les expulseurs...
- Groupe ACCOR
- Groupe ENVERGURE
- la Croix Rouge
- Rendez-vous
Rétention et zones d’attente
- Choisy-le-Roi (Val de Marne - 94)
- Palaiseau (Essonne - 91)
- ZAPI 3 (zone d’attente de l’aéroport de Roissy)
- Zone d’attente de la Gare du Nord (Paris)
actions et manifestations
- 2 avril 2005 journée européenne de mobilisation
- 2ème Caravane européenne pour la liberté de circulation et d’installation (Barcelone)
- 3ème journée européenne d’action sur les migrations (7/10/06)
- Manifestations
- mouvements dans les centres de rétention français
- Débats
Ressources
- France
- nos liens
sulle migrazioni e sulle espulsioni
- i centri di detenzione per immigrati
- la comunità romena
Collectif des exilés du 10ème arrdt de Paris
Actions passées
- Accueil de nuit tournant hiver 2003-2004
- Appel à coucher dehors - juillet 2003
- Charter vers l’Afghanistan - Décembre 2005
- Interpellation des politiques - janvier à mars 2004
- Les anciens Zut ! Zut ! , le bulletin d’information du collectif.
- Mobilisations autour du Centre de Réception des Etrangers
- Occupation du SSAE - octobre 2003
- Premières mobilisations - mars à mai 2003
- Rapport sur la situation - mai 2003
- Compte-rendu des maraudes
- Infos pratiques sur l’asile
Les exilés à Calais
- Revue de presse
Les exilés sur les routes d’Europe
- Grèce
- Liens
Projets/Actions en cours
- Mineurs en danger
- Quelques photos
- Qui sommes nous ?
- procès Bouygues
- Caravane des Effacés slovènes (2006)